Activités menées dans le cadre des enseignements

La conception qu'Annick Engleebert a de l'enseignement se trouve parfaitement résumé par la phrase d'Albert Einstein  : Je n'enseigne rien à mes étudiants, j'essaie simplement de créer les conditions dans lesquelles ils peuvent apprendre.

Dans cet esprit, elle renonce chaque fois qu'elle le peut, c’est-à-dire chaque que la matière et/ou la taille de l’auditoire s’y prête, à l’enseignement frontal pour encourager les étudiants à un apprentissage collaboratif, notamment par la constitution de groupes de travail dans lesquels chacun apporte ses savoirs et savoir-faire spécifiques aux autres. Ses évaluations ne visent pas la capacité à restituer fidèlement les contenus de cours mais ciblent la capacité à les mettre en œuvre dans des projets spécifiques, collectifs ou individuels — les projets d’étudiants peuvent ainsi prendre la forme des traditionnels travaux rédigés, mais aussi de développements web, de films, de posters, d’expositions ou autres applications concrètes.

Toujours à la recherche d'une pédagogie innovante, en contact régulier avec les étudiants internationaux qu'elle a encadrés pendant plusieurs années en Faculté de Philosophie et Lettres, elle a été promotrice et coordinatrice du projet de Tandems linguistiques, pour lequel son équipe a obtenu le prix Socrate d'innovation pédagogique en 2012.

Afin d’aider les étudiants à acquérir les différents savoirs et savoir-faire, elle développe par ailleurs des « boites à outil » (déposés dans l’Université virtuelle) pour tous ses cours : tableaux, cartes, schémas, figures, glossaires, références bibliographiques, etc. Dans le cadre de l’aide à la lecture des textes anciens (manuscrits médiévaux, incunables imprimés en caractères gothiques…), elle réalise des saisies informatiques des textes étudiés au cours, saisies qui, mises à la disposition des étudiants (http://www.diachronie.be/), facilitent non seulement leur lecture mais également leurs recherches textuelles.